Compte rendu intersyndical de la séance du Conseil Scientifique de l’InSHS Jeudi, 12 juillet 2018

jeudi 6 septembre 2018
par  Administrateur

PRESENT(E)S :

Membres du CSI : Anne Abeillé, Ada Ackermann, Richard Arena, Philippe Auvergnon, Naceur Chaabane, Renaud Crespin, Emmanuel Didier, Ivan Guermeur, Nathalie Le Tellier-Becquart, Cécile Michel, Hélène Michel Cristiana Oghina-Pavie, Philippe Rygiel, Rossana Vaccaro-Chaudiron, Nathalie Vienne Guerrin
Présidents de section et de CID ou leurs représentants : Nabil Hathout (34), Jean-Pierre Le Crom (36), Ginette Saracco (CID 52). Les président(e)s de sections sont invité(e)s au CS de l’InSHS le matin.

Représentant le CS du CNRS : Claire Lemercier

Représentants de l’InSHS : François-Joseph Ruggiu, Diane Brami, Michele Dassa, Sylvie Démurger-Fournier, Alexandre Gefen, Carole Le Contel, Marie-Térésa Pontois

Comité National : Cécile Lokiec (assistante)

EXCUSE(E)S CSI : Astrid Brandt-Grau, Geneviève Cortès, Delphine Gardey, Lamine Gueye, Lilian Haegeman, Anneliese Nef

Secrétaires de séance : Nathalie Vienne-Guerrin et Naceur Chaabane



Présentation de François-Joseph Ruggiu, Directeur de l’InSHS, et discussion, avec en particulier les points suivants :

1. La politique et les grands chantiers de l’InSHS

François-Joseph Ruggiu présente, comme il l’a fait devant les DU et la plupart des sections du CoNRS, la vision qu’ont l’Institut et, au-delà, la vision du CNRS, du contexte général dans lequel se situent les recherches menées par l’InSHS. Il remercie le CS de l’InSHS pour son engagement dans des questions d’intérêt général.
Le monde de l’ESR en France a évolué depuis 2017-2018 à différentes échelles, notamment avec l’arrivée en janvier 2018 d’Antoine Petit à la présidence du CNRS, élément majeur de cette évolution. Des priorités sont affichées et on voit se dessiner les grandes lignes de sa politique notamment sur les partenariats avec les sites universitaires.
L’année universitaire qui vient de s’écouler a été marquée par des décisions importantes en matière de PIA.
C’est une période de confirmation de certains Idex (par exemple Sorbonne Université) ; une période probatoire prolongée pour d’autres (PSL, par exemple). On note des avancées dans le cadre de la construction d’établissements. Comment le CNRS et l’InSHS interprètent-ils ces mouvements ?
Le CNRS veut s’assurer que les chercheurs et les IT CNRS et les autres personnels des UMR soient toujours placés de manière à rendre le meilleur service possible à l’ESR et ainsi à justifier la confiance et les ressources que la nation confie au CNRS.
Depuis 2 ans, les SHS ont bénéficié de rallonges budgétaires : abondement spécial de l’ANR à hauteur de 2 M€ en 2017 et 5 M€ en 2018. Il y a une attention particulière du Ministère aux SHS et on doit être à la hauteur de cette confiance.

....

PDF - 907.8 ko
Compte rendu intersyndical du CS de l’InSHS Jeudi 12 juillet 2018. Version complète pdf

Annonces