Compte rendu du CS INSIS le 6 décembre 2016

jeudi 14 décembre 2017
par  Administrateur

PDF - 150.5 ko
Compte rendu complet - 06.12.2016




Présents : AUREGAN Yves, BISCANS Béatrice, CHAZELAS Jean, DAVIES Peter, ESCUDIÉ Danièle, FONTE Christophe, FRANCESCHINI Emilie, GIRARD Philippe, HERAUD Nicolas, JOSSERAND Christophe, LANG Didier, LEBEY Thierry, LEBON Frédéric, LUPU Anatole, PAREIGE Pascal, PERA Marie-Cécile, RENAUD Sylvie, ROSSI Carole, VIEU Christophe

Excusés : BACROIX Brigitte, DELL’ISOLA Francesco, MEISTER Lionel, MICHRAFY Abderrahim, SANDEAU Nicolas

Monique Bernard, présidente de la section 28, Karine Loubière, secrétaire de la section 10, et Sophie Rosset, membre du bureau de la section 7, assistent à la séance.



1. Approbation du compte rendu de la réunion du 12 septembre 2016
Le compte rendu du CSI du 12 septembre 2016 est approuvé à l’unanimité (18 votants).

2. Exposé du Prof. Christophe MENEZO (Université de Chambéry) : "Ingénierie bio-inspirée : Le monde du vivant source d’innovations pour la transition énergétique"
Prof. Christophe Menezo présente un exposé sur l’ingénierie bio-inspirée. Le biomimétisme s’inspire du vivant pour tirer parti des solutions et des inventions produites par la nature. Un système vivant est caractérisé par sa capacité à se maintenir dans un état éloigné de l’équilibre, à se développer et à se reproduire, avec l’aide d’apports permanents d’énergie et de matière puisés dans son environnement, et à s’adapter aux modifications du milieu extérieur. Un être vivant est une structure dissipative qui maximise sa dissipation d’énergie en s’adaptant à son environnement, et qui mémorise dans ses gènes de l’information sur cet environnement (processus d’apprentissage pour une évolution des espèces). Plus ses gènes mémorisent de l’information, plus elle dissipe de l’énergie ; plus elle dissipe de l’énergie, plus elle modifie son environnement.

Le bio-mimétisme tire parti de ce qui se trouve dans la nature, tandis que l’ingénierie bio-inspirée part d’un principe ou d’une propriété de la nature pour l’appliquer à un tout autre domaine. L’ingénierie bio-inspirée nécessite donc d’étudier les « fonctionnements » naturels et d’analyser les éléments qui président à leur existence.
Les premiers développements ont concerné des applications pour l’aérospatial et la défense (camouflage, aérodynamique, renseignement…). On a pu ainsi s’inspirer du monde du vivant pour le vol, avec les ailes des grands rapaces, pour la friction avec le gecko ou pour l’émission/propagation des ondes acoustiques, avec les dauphins. La nature est aussi une source d’innovation pour des thèmes en lien avec l’énergie et l’habitat, par exemple :
- l’efficacité énergétique des bâtiments : les plantes ont tendance à absorber l’humidité voire même à la stocker – inspiration de matériaux et de structures (porosités, structures de peau du bâtiment),
- le contrôle passif de l’ambiance intérieure (chaleur, rafraichissement, hygrométrie) : l’étude des techniques naturelles de ventilation des termitières a permis de travailler à la conception de bâtiment pouvant autoréguler leur température intérieure (diminuant l’énergie consommée en comparaison des climatisations standards),
- la production d’énergie pour répondre aux besoins en électricité : l’étude réalisée sur une espèce particulière de frelons montre que que cet animal possède un composé chimique permettant de convertir l’énergie solaire en électricité (faible rendement : 0.35%).

Ainsi la démarche de la bio-inspiration consiste à connaître et à imiter la façon dont les plantes et les animaux surmontent leurs problèmes d’ingénierie tout en minimisant l’énergie, inspiration qui pourrait conduire à une réduction de la dépendance de l’Homme aux ressources (énergie, matériaux…).
...


Annonces