Initiatives contre la PES Inria, décembre 2009

lundi 8 février 2010
par  web.inria

F. Le Fessant : voir ma page web http://fabrice.lefessant.net/


A. Cohen : transparents de fin de présentation, lors de la signature du protocole d’accord de collaboration entre Inria et l’université Paris-Sud, le 18 décembre 2009, voir JPEG - 6.4 ko


J.-D. Fekete : je redistribuerai la moitié de la prime à l’équipe après déduction de l’impôt


O. Devillers : j’ai émaillé mon dossier de quelques remarques, entre autres que l’attribution de la PES me conduira à récupérer
pour moi la totalité du cours de M2 dont je suis responsable et que je partageais aimablement avec mes collègues jusque là.
Au cas où j’obtiendrai cette prime j’en ferai don à une association humanitaire.


J. Erhel : j’ai déposé un dossier de candidature de protestation ;
voici le volet 8, que j’ai signé sur la version papier :

Volet 8

AUTRES ÉLÉMENTS
QUE LE CANDIDAT JUGE UTILE DE PORTER À CONNAISSANCE
Longueur maximale : 1 page

Extrait de la lettre du SGEN-CFDT du lundi 14 décembre 2009 - LE 30- 09, intitulée
Des carrières, pas des primes !
Le SGEN-CFDT Recherche EPST alerte la communauté scientifique sur les effets délétères des projets en matière de rémunération que le Ministère et les Directions des organismes imposent dans la recherche publique. Il dénonce la volonté d’individualisation croissante des rémunérations alors même que le travail de recherche nécessite toujours davantage de coopération, de collaboration, d’interaction. Il continue à exiger de meilleures carrières et pour cela l’accroissement des possibilités de promotion, le plus sûr moyen de reconnaître, après évaluation par les pairs, les qualités scientifiques ou techniques de chacun, la véritable « excellence ».

Extrait d’une déclaration du SGEN-CFDT au conseil d’administration de l’INRIA du 13 octobre 2009.
Nous sommes opposés à une telle politique de primes individuelles qui ne s’inscrit pas dans une logique globale de gestion des ressources humaines. A l’INRIA comme ailleurs, le Sgen-CFDT considère que la Prime d’Excellence Scientifique ne saurait être considérée comme une solution alternative à l’impératif de revalorisation des carrières et des rémunérations de l’ensemble des personnels (chercheurs et ITA) des établissements publics de recherche. Il demande à la direction de l’INRIA de renoncer à sa mise en place et de reconnaître l’excellence scientifique comme l’investissement personnel par une augmentation significative du nombre de postes ouverts aux concours et de promotions dans le corps des DR. Si, malgré l’opposition de la communauté scientifique, la Prime d’Excellence Scientifique devait être mise en place à l’INRIA, le Sgen-CFDT appellerait l’ensemble des chercheurs à soumettre un dossier, afin de faire la démonstration de la disproportion des moyens mis en œuvre en regard de leur investissement.



Documents joints

PDF - 135.5 ko
PDF - 135.5 ko

Annonces